Retour au Dictionnaire

Tabac

Initialement, le tabac est une plante que fumaient les Américains d’origine (les Amérindiens) dans un rite sacré. Quand le tabac n’était pas roulé en feuille, il pouvait être fumé dans une pipe appelée calumet qui pouvait être celui de la paix. Le tabac permet à l’esprit de s’élever au-dessus de la matière, d’entrer en contact avec le Grand Esprit (Wakan Tanka). L’esprit du fumeur se matérialise dans la fumée qui s’élèvent de la terre vers le ciel après avoir été inhalée.

Aujourd’hui encore, le tabac est utilisé par le medicine man ou le chaman dans les sociétés de type tribal comme principe actif guérisseur ou comme véhicule qui permet au chaman de se connecter avec les esprits et de comprendre la nature du mal qui habite le patient.

Le premier sens symbolique du tabac est donc un lien spirituel, un acte rituel entre le fumeur et la nature. Ce sens est vrai quand le rêveur ressent l’inhalation de la fumée comme apaisante.

Une des fonctions positives du tabac est de permettre au fumeur de prendre conscience d’un processus qui lui échappe, sa respiration. C’est un moment de repos qu’il s’accorde, un moment de paix qui est cependant troublé par la pollution qu’il génère. Une pratique comme le yoga apprend le contrôle de sa respiration et l’attention consciente de celle-ci. Elle est beaucoup moins dangereuse et invite le pratiquant à une introspection bénéfique.

Aujourd’hui le tabac a perdu son sens sacré. Il est devenu un véritable fléau pour certains. Les rêves de tabac, pour un fumeur, sont un rappel à l’ordre, une invitation à une plus grande modération. Il n’est pas rare que le tabac soit perçu comme étant de la merde. (Ce qui peut se produire chez les gros fumeurs. Inutile de dire que le rêveur-fumeur a conscience de se faire du mal.) Le tabac symbolise ainsi le plus souvent l’addiction. Il est alors synonyme de drogue et de dépendance, comme tous les excitants tels que l’alcool, le café, la télé ou le jeu.

Des rêves très courants de tabac concernent les personnes qui sont en train d’arrêter de fumer ou qui viennent d’arrêter. On allume une cigarette, peut-être une seconde, puis tout à coup on réalise son geste. La culpabilité et les remords sont énormes. La pensée qui suit est la suivante. « Non, ce n’est pas vrai ! Mais qu’est-ce que je viens de faire ? Quel imbécile ! C’est foutu, je vais replonger maintenant. » Si au départ, il s’agit d’un rêve de compensation pour pallier un manque évident, la fonction du rêve est aussi de rappeler que la moindre défaillance sera fatale. Le réveil est alors un véritable soulagement.

+ Acte spirituel, médication.

Addiction, Névrose, Autodestruction, compensation.

Initialement, le tabac est une plante que fumaient les Américains d’origine (les Amérindiens) dans un rite sacré. Quand le tabac n’était pas roulé en feuille, il pouvait être fumé dans une pipe appelée calumet qui pouvait être celui de la paix. Le tabac permet à l’esprit de s’élever au-dessus de la matière, d’entrer en contact avec le Grand Esprit (Wakan Tanka). L’esprit du fumeur se matérialise dans la fumée qui s’élèvent de la terre vers le ciel après avoir été inhalée.

Aujourd’hui encore, le tabac est utilisé par le medicine man ou le chaman dans les sociétés de type tribal comme principe actif guérisseur ou comme véhicule qui permet au chaman de se connecter avec les esprits et de comprendre la nature du mal qui habite le patient.

Le premier sens symbolique du tabac est donc un lien spirituel, un acte rituel entre le fumeur et la nature. Ce sens est vrai quand le rêveur ressent l’inhalation de la fumée comme apaisante.

Une des fonctions positives du tabac est de permettre au fumeur de prendre conscience d’un processus qui lui échappe, sa respiration. C’est un moment de repos qu’il s’accorde, un moment de paix qui est cependant troublé par la pollution qu’il génère. Une pratique comme le yoga apprend le contrôle de sa respiration et l’attention consciente de celle-ci. Elle est beaucoup moins dangereuse et invite le pratiquant à une introspection bénéfique.

Aujourd’hui le tabac a perdu son sens sacré. Il est devenu un véritable fléau pour certains. Les rêves de tabac, pour un fumeur, sont un rappel à l’ordre, une invitation à une plus grande modération. Il n’est pas rare que le tabac soit perçu comme étant de la merde. (Ce qui peut se produire chez les gros fumeurs. Inutile de dire que le rêveur-fumeur a conscience de se faire du mal.) Le tabac symbolise ainsi le plus souvent l’addiction. Il est alors synonyme de drogue et de dépendance, comme tous les excitants tels que l’alcool, le café, la télé ou le jeu.

Des rêves très courants de tabac concernent les personnes qui sont en train d’arrêter de fumer ou qui viennent d’arrêter. On allume une cigarette, peut-être une seconde, puis tout à coup on réalise son geste. La culpabilité et les remords sont énormes. La pensée qui suit est la suivante. « Non, ce n’est pas vrai ! Mais qu’est-ce que je viens de faire ? Quel imbécile ! C’est foutu, je vais replonger maintenant. » Si au départ, il s’agit d’un rêve de compensation pour pallier un manque évident, la fonction du rêve est aussi de rappeler que la moindre défaillance sera fatale. Le réveil est alors un véritable soulagement.

+ Acte spirituel, médication.

Addiction, Névrose, Autodestruction, compensation.

Vous souhaitez faire interpréter votre rêve ?

Prenez RV en Cabinet avec Tristan

ou

Appelez pendant l'émission de radio Participez à un atelier extraordinaire

Merci de noter que Tristan n'interprète pas les rêves par e-mail