Retour au Dictionnaire

Castration

Cette image n’est pas qu’un simple concept limité à la psychanalyse freudienne. Certains rêves de garçons décrivent cet acte. A ce moment, il faut le prendre au pied de la lettre : l’individu vit une atteinte à son intégrité masculine par une action extérieure.

Le plus souvent, il s’agit d’une autocastration. Un enfant peut se voir en train de sectionner son propre sexe avec des ciseaux ou une lame. Ces cauchemars sont révélateurs d’une angoisse profonde, celle, réelle, qu’il ressent face à la difficulté d’exprimer son identité masculine. Il manque sûrement d’un modèle d’identification masculin, soit par l’absence de celui-ci, soit par la non-reconnaissance du modèle proposé (père trop violent ou saturnien, donc castrateur). Un conflit père/mère, quand le petit garçon est très attaché à sa mère et qu’il voit son père lui faire du mal, peut générer ce désir de ne pas ressembler à son père.

Une autre influence négative peut venir de la mère. Un garçon aura beaucoup de mal à se situer dans son identité sexuelle si sa mère le surprotège ou l’étouffe et l’empêche de développer sa partie active et l’expérimentation du monde par la prise de risques.

D’une autre manière, si la mère, la femme, l’être le plus important de sa vie a un regard de reproche sur les moindres comportements qui s’apparentent au genre masculin, le garçon va tendre à mutiler cette partie de lui-même. C’est un enfant avant tout, qui a besoin d’un regard plein d’amour sur lui, un regard qui le reconnaisse sans aucune restriction.

Une autre image, moins douloureuse, est celle d’une femme affublée d’un pénis en train de le sectionner. Cette castration peut représenter le désir de chasser un aspect masculin un peu trop envahissant qui prend le pas sur sa véritable personnalité. C’est parfois une attitude ou un rôle qu’on lui a fait jouer à son insu et qui ne lui convient pas ou plus. Quelquefois, plus rarement, cela peut être lié à un véritable sentiment d’obligation de s’amputer de sa partie masculine, si celle-ci était assez développée.

 

Cette image n’est pas qu’un simple concept limité à la psychanalyse freudienne. Certains rêves de garçons décrivent cet acte. A ce moment, il faut le prendre au pied de la lettre : l’individu vit une atteinte à son intégrité masculine par une action extérieure.

Le plus souvent, il s’agit d’une autocastration. Un enfant peut se voir en train de sectionner son propre sexe avec des ciseaux ou une lame. Ces cauchemars sont révélateurs d’une angoisse profonde, celle, réelle, qu’il ressent face à la difficulté d’exprimer son identité masculine. Il manque sûrement d’un modèle d’identification masculin, soit par l’absence de celui-ci, soit par la non-reconnaissance du modèle proposé (père trop violent ou saturnien, donc castrateur). Un conflit père/mère, quand le petit garçon est très attaché à sa mère et qu’il voit son père lui faire du mal, peut générer ce désir de ne pas ressembler à son père.

Une autre influence négative peut venir de la mère. Un garçon aura beaucoup de mal à se situer dans son identité sexuelle si sa mère le surprotège ou l’étouffe et l’empêche de développer sa partie active et l’expérimentation du monde par la prise de risques.

D’une autre manière, si la mère, la femme, l’être le plus important de sa vie a un regard de reproche sur les moindres comportements qui s’apparentent au genre masculin, le garçon va tendre à mutiler cette partie de lui-même. C’est un enfant avant tout, qui a besoin d’un regard plein d’amour sur lui, un regard qui le reconnaisse sans aucune restriction.

Une autre image, moins douloureuse, est celle d’une femme affublée d’un pénis en train de le sectionner. Cette castration peut représenter le désir de chasser un aspect masculin un peu trop envahissant qui prend le pas sur sa véritable personnalité. C’est parfois une attitude ou un rôle qu’on lui a fait jouer à son insu et qui ne lui convient pas ou plus. Quelquefois, plus rarement, cela peut être lié à un véritable sentiment d’obligation de s’amputer de sa partie masculine, si celle-ci était assez développée.

 

Vous souhaitez faire interpréter votre rêve ?

Prenez RV en Cabinet avec Tristan

ou

Appelez pendant l'émission de radio Participez à un atelier extraordinaire

Merci de noter que Tristan n'interprète pas les rêves par e-mail